automobile et cohésion sociale

Automobile et cohésion sociale : les nouvelles tendances

Il va sans dire que l’automobile contribue à l’amélioration du quotidien aussi bien en milieu urbain qu’en milieu rural. Placé au cœur de la thématique de la mobilité, ce moyen de locomotion touche aussi différents secteurs comme l’environnement, la sécurité et la santé. Dans le cadre des débats concernant ce sujet, sa place dans les relations sociales est assez difficile à déterminer. Tour d’horizon.

La politique de mobilité, c’est quoi ?

Le terme de la mobilité ne se limite pas à l’automobile puisqu’elle s’immisce également dans les politiques publiques et les recherches scientifiques. La politique de mobilité consiste en quelque sorte en l’information des consommateurs sur le développement des moyens de déplacement allant des plus basiques comme le vélo ou la marche à pied aux transports collectifs comme l’autopartage ou le covoiturage. L’automobile a pris une place prépondérante dans la vie urbaine. Sa notoriété se renforce grâce à l’évolution des nouvelles technologies et à la conception d’idées innovantes qui réinventent de nouvelles façons de se déplacer. D’ailleurs, le véhicule autonome fait partie des projets en cours et sera susceptible de toucher des localités autres que les villes pionnières. Sa fabrication laisse entendre la limitation du nombre de véhicules circulant dans le monde entier.

L’automobile est omniprésente dans la société française

Ce moyen de locomotion a longtemps été considéré comme une aide aux travailleurs ainsi qu’aux ménages. Actuellement, 86 % des foyers disposent d’au moins un véhicule. Outre sa praticité, l’automobile est aussi considérée comme un moyen d’assurer la cohésion sociale, quel que soit le pays. Les professionnels en tiennent compte et tentent de se servir de cet impératif d’innovation pour repenser à l’utilité de l’automobile au niveau de l’urbanisme, de la santé et de la sécurité. Pour ce faire, ils se concertent avec des décideurs publics en vue de déterminer les nouveaux besoins en termes de mobilité et les innovations à apporter dans ce contexte.

Une telle initiative ne doit toutefois pas limiter l’usage de l’automobile aux seules personnes qui en ont les moyens. Une pareille restriction impacterait sans aucun doute sur le quotidien des travailleurs, dont les deux tiers doivent se déplacer en dehors de leur commune pour travailler. D’autant plus que l’instabilité des politiques publiques qui appuient la transition joue contre les besoins des consommateurs qui préfèrent garder le même véhicule pendant plusieurs années.

L’initiative des professionnels en faveur de la filière automobile

Concession

Bien que les particuliers soient les plus touchés par cette éventuelle réforme, les professionnels le sont tout autant. Comme l’innovation se retrouve au cœur de l’industrie automobile, la politique de mobilité ne peut qu’en être améliorée selon les entreprises. De ce fait, il convient de la promouvoir sur tout le territoire français afin de rendre acceptable la limitation de la mobilité. Néanmoins, la lutte commence par l’éradication de l’exclusion et de la congestion. Le covoiturage joue un rôle clé dans le cadre de l’application de cette nouvelle politique. En effet, cette solution promeut manifestement la politique de la mobilité puisqu’elle ouvre davantage le champ de la cohésion sociale.

Des choix politiques conséquents

La politique de la cohésion sociale grâce à l’automobile doit être innovée de façon à ce que la population puisse en bénéficier dans les règles. De ce fait, les impacts fiscaux, sociaux et économiques des choix politiques effectués doivent être dûment évalués. Sachant que l’industrie automobile rapporte jusqu’à 27 % du budget de l’État, une telle question ne se lésine pas. C’est pourquoi un accompagnement individualisé s’impose pour mieux assurer l’évolution des constructeurs automobiles au fil des années. Certains entrepreneurs se sont d’ailleurs engagés à favoriser l’application de la politique de mobilité en venant en aide aux élus politiques dans le cadre de l’élaboration de leurs plans d’action.

Illustrations : autoplus.fr ; i.gaw.to