Le nouveau SUV électrique de Mercedes : Le EQC

Aux dernières nouvelles, les constructeurs automobiles premiums poursuivent leur course effrénée vers la production et la commercialisation de véhicules entièrement électriques. À côté de BMW, d’Audi ou encore de Tesla, Mercedes ne pouvait pas rester les bras croisés et dévoile son premier modèle électrique de série baptisé EQC. Proposé au prix de départ de 78 950 €, ce SUV 100 % électrique du constructeur allemand vaut-il mieux que ses rivaux, le Jaguar ’i-Pace et l’Audi e-tron entre autres ?

Un premier test concluant à Oslo

Comme il est souvent de coutume chez les constructeurs auto de tester leur prototype de VE à Oslo, en Norvège, Mercedes a aussi décidé d’y proposer son EQC pour la première fois. La raison de ce choix est simple : un véhicule sur cinq commercialisé dans ce pays est un modèle électrique.

De plus, le gouvernement norvégien approuve et soutient la vente de ce type de véhicule et propose même divers avantages fiscaux (baisses de taxes) et des subventions. En plus de ces mesures favorables, les voitures électriques peuvent également emprunter les lignes de taxi/bus.

Que dire du SUV électrique EQC de Mercedes ?

Présenté initialement sous forme de concept-car au Mondial de Paris, en 2016, l’EQC est le premier véhicule électrique de série construit par la firme allemande. Sa commercialisation en France est prévue en octobre 2019, mais les intéressés pourront déjà le commander dès cet été.

Avec une puissance de 408 ch, ce SUV électrique embarque une batterie lithium-ion de 80 kWh, avec un poids de 650 kg. Pour éviter les mauvaises surprises en cours de route, l’EQC est muni d’un chargeur embarqué d’une puissance de 7,4 kW. Dans tous les cas, il accepte une charge rapide jusqu’à 110 kW en cas de besoin.

Côté design, l’EQC est un SUV basé sur le GLC avec 10 cm de plus que le Jaguar i-Pace, soit une longueur totale de 4,76 m. Il se démarque par son bandeau LED reliant les feux avant et traversant le capot de part en part. À l’arrière, le sigle « EQC 400 » et la même barre horizontale éclairée viennent accentuer le look de la VE.

À bord : place à la technologie numérique

À l’intérieur, pas question de négliger le confort du conducteur et des passagers. Si la planche de bord ressemble à celle des derniers modèles de Mercedes, l’EQC mise sur deux grands écrans numériques pour se démarquer des autres séries de l’Allemande.

Fidèle à ses habitudes, Mercedes intègre des détails spécifiques à son EQC, notamment quelques touches de couleurs sur les ailettes des aérateurs. De prime abord, l’ensemble est aussi confortable que luxueux, d’autant plus que le démarrage est très silencieux comme dans tout véhicule électrique. Pour couronner le tout, l’EQC est équipé d’un double vitrage ainsi que de matériaux insonorisant.

Une quatre roues motrices 100 % électriques

Avec un poids total d’environ 2,5 tonnes, l’EQC embarque deux moteurs électriques qui fonctionnent en parallèle afin de gérer la puissance et assurer une stabilité optimale, même dans les virages. Contrairement à ce que l’on peut imaginer, ce colosse atteint les 100 km/h en 5 secondes seulement. Malgré une telle puissance, les amateurs de vitesse ne pourront pas faire grand-chose puisque Mercedes a limité son SUV à 180 km/h.

Une autonomie de 400 km pour un SUV électrique

Comme sur la plupart des véhicules électriques, la gestion des capacités des batteries constitue l’un des points forts de l’EQC de Mercedes. Sur le papier, celui-ci revendique une autonomie de 400 km à condition de bien gérer sa conduite.

En outre, cette Mercedes peut être conduite avec le seul pied droit sans que l’on utilise le frein. Cela est possible grâce à la puissance de la décélération électrique, tout comme sur l’i3 de BMW ou la Leaf de Nissan. De plus, on peut changer le degré de décélération grâce aux palettes intégrées au volant.

Pour gagner en autonomie, il suffit de suivre les instructions proposées sur les écrans numériques installés sur le tableau de bord. De plus, le véhicule est doté d’un GPS lui permettant d’auto gérer les différents systèmes qui permettront de faire plus d’économie de batterie. Celui-ci prend en compte :

  • L’état de charge de la batterie
  • Les conditions météo
  • La topographie des lieux
  • Le trafic
  • Les bornes de recharge disponibles

La Mercedes EQC en quelques chiffres

  • Batteries : Li-Ion 80 kW
  • Moteur : 2 électriques asynchrones 300 kW / 760 Nm
  • Transmission : 4 roues
  • Vitesse maxi (km/h) : 180 (limité)
  • Poids à vide (kg) : 2.495
  • Volume du coffre (l) : 500
  • Consommation moyenne (kWh/100 km): 20,8
  • Temps de charge (wallbox/haute capacité) : 11h/40min.

Notre verdict sur l’EQC

Bien que la Mercedes EQC revendique une autonomie d’environ 400 km, elle doit être toutefois conduite à un rythme moyen en évitant de la forcer sur l’autoroute. Cela aura rapidement un impact négatif sur l’autonomie de la batterie. Dans tous les cas, voici notre avis concernant ce modèle :

Les plus

  • Confort
  • Performances
  • Insonorisation impressionnant
  • Design
  • Rapport prix/équipements

Les moins

  • Poids : 650 kg pour les batteries uniquement
  • Autonomie réelle : environ 300 km
  • Présence de détails en plastique
  • Hauteur de caisse de berline

Photos : challenges.fr, automobile-propre.com

Vidéos : Youtube.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *